Liste de diffusion 
 Accueil 
 Commentaire 
 Organismes communautaires MRC du Granit 
 Commerces et services 
 Organismes locaux 
 Liens utiles 
 Rechercher 
 Plan du site 
 Offres d’emploi 
Page précédente
Historique

La naissance d’une municipalité...

Avec un faible retard sur les autres instances publiques de cette même localité, la municipalité de St-Hubert de Spalding a joint le cercle des autres municipalités plus anciennes pour ainsi compléter l’intégration de l’ancienne colonie de Spalding. Dorénavant, St-Hubert de Spalding sera un partenaire à part entière dans le vaste territoire du comté provincial provisoire de Lac-Mégantic. À l’automne de 1903, les contribuables de la partie nord du canton de Spalding, par la voix expressive d’une requête publique, ont obtenu des autorités provinciales le privilège d’ériger une nouvelle municipalité qui sera détachée de l’imposante municipalité des Cantons-Unis de Ditchfield et Spalding. Le ler janvier 1904, l’incorporation de la nouvelle municipalité de St-Hubert de Spalding est officielle et effective.


Vue sur la rue principale vers 1950


L’assemblée générale des contribuables de cette même municipalité, afin d’effectuer la nomination des premiers membres de ce nouveau Conseil Municipal, fut tenue le 11 janvier 1904. Cette formalité de base marque le point de départ des pionniers de cette nouvelle division municipale dans le but d’assumer la responsabilité de diriger eux-mêmes les destinées de la future localité d’Audet. Voici un léger extrait marquant la naissance de la vie municipale :

’’Assemblée des contribuables de St-Hubert de Spalding, pour procéder à la nomination de sept conseillers, tenue le 11 janvier 1904’’.

1  M.Edmond Côté propose, secondé par M. Georges Pépin,que M.Olivier Dostie, soit nommé conseiller.

2. M.Thomas Grondin propose, secondé par M. Olivier Dostie, que M.Anselme Desrochers,soit nommé conseiller

3. M.J.-Napoléon Lemieux propose, secondé par M. Joseph Fortier, M. Thomas Bilodeau, soit nommé conseiller.

4. M.Georges Pépin propose,secondé par M. Edmond Langlois, M. Charles Roy, soit nommé conseiller.

5. M.Georges Couture propose, secondé par M. Georges Grenier, M. Alfred Leblanc, soit nommé conseiller.

6. M.Joseph Arguin propose,secondé par M. Olivier Dostie, M. Étienne Grenier soit nommé conseiller.

7. M.Georges Grenier propose,M. Thomas Bilodeau, que M.Philippe Veilleux,soit nommé conseiller.

Le président proclame élus comme conseillers: M.Olivier Dostie, M.Anselme Desrochers, M. Thomas Bilodeau, M. Charles Roy, M. Alfred Leblanc, M. Étienne Grenier, M.Philippe Veilleux tous unanimement élus.

Donné à St-Hubert de Spalding, le onzième jour du mois de janvier 1904.
Par : Joseph Côté, président d’élection.


Le ler février 1904, nous assistons à la première assemblée du Conseil Municipal. C’est M. le notaire J.-N. Thibodeau, maire du village de Mégantic et préfet du Conseil de Comté de Lac-Mégantic, qui assume la présidence du Conseil. Lors de cette assemblée, M.Joseph Côté sera appelé pour agir comme secrétaire-trésorier
de cette municipalité. Son salaire sera de $45.00 par année. De plus, on procède à la nomination de notre premier maire : M. Anselme Desrochers. Aussi, Messieurs les conseillers Étienne Grenier et Philippe Veilleux proposent que le Conseil tienne ses séances régulières, le premier lundi de chaque mois, à neuf heures du matin, à la demeure de M. Athanase Grondin. Ainsi, M. Grondin louera sa maison au Conseil Municipal pour la tenue de ses séances et assemblées publiques au prix de 50 cents par mois.

Pendant les treize premières années de la vie municipale, le maire fut nommé par les membres du Conseil Municipal. De plus, pour être éligible au poste de premier magistrat de cettelocalité, il fallait nécessairement avoir été choisi comme conseiller pour cette même période. À compter du 10 janvier 1917, le maire sera désigné par
les contribuables propriétaires. Ces électeurs municipaux auront aussi le privilège de voter pour le candidat de leur choix s’il y a plus d’un électeur propriétaire sur les rangs pour occuper cette charge pour les deux prochaines années.

Antérieurement à l’année 1917, il y avait sept conseillers. L’un deux était désigné pour présider le Conseil Municipal et ce dernier exerçait les attributions dévolues au maire, pour une année seulement. Cependant, le maire sortant était rééligible aussi longtemps qu’il était membre de ce même Conseil Municipal. À l’avenir, le maire sera nommé pour deux ans et n’importe lequel contribuable équitablement qualifié, peut être désigné pour occuper ce poste. Par contre, à compter de 1917, il n’y aura plus que six conseillers. En 1917, six conseillers furent choisis pour siéger au Conseil Municipal. En principe,tous ces conseillers ont été nommés pour deux ans. Néanmoins, trois de ces conseillers seront désignés par un tirage au sort, comme étant sortant de charge, au début de l’année 1918. Ensuite, à tous les ans, trois conseillers sortiront de charge afin d’assurer une rotation permanente qui favorisera l’expérience au sein du Conseil. En conséquence, il sera impossible à une équipe nouvelle d’occuper tous les sièges disponibles autour de la table du Conseil Municipal.

Les années pairs, trois conseillers sortiront de charge. Les années impairs, les trois autres conseillers et le maire devront affronter la mise en nomination et les phases périlleuses de la votation s’il y a plus de candidats en lice que de sièges à pourvoir. En 1917, les sièges de conseiller n’étaient pas numérotés. Donc, s’il y avait plus de trois candidats qui briguaient les suffrages de l’électorat, il y avait votation dans tous les secteurs de la municipalité. Les trois aspirants qui recueillaient le plus de votes en leur faveur étaient proclamés élus.


Audet... une nouvelle destinée


Le village d’Audet en hiver 1951


... 50 ans plus tard

Le 8 septembre 1959, le Conseil de la municipalité de la paroisse de Saint-Hubert-de-Spalding, dans le comté de Frontenac, adopte la résolution suivante :

Considérant que le nom officiel de cette municipalité est actuellement : « Municipalité de la paroisse de Saint-Hubert-de-Spalding »;

CONSIDÉRANT que ce nom estcomposé de mots français et anglais, et que la population de cette municipalité est entièrement française;

CONSIDÉRANT que le nom « Audet » sert à désigner le bureau de poste de cette municipalité et la municipalité scolaire;

CONSIDÉRANT que ce nom rappelle le souvenir d’un pionnier de l’endroit, qui fut le premier maître de poste;

CONSIDÉRANT qu’il y a lieu de donner le même nom à cette municipalité, afin d’uniformiser la nomenclature des institutions compri-ses dans ce territoire;

EN CONSÉQUENCE il est résolu que, sous l’autorité de l’article 48 du Code municipal, le lieutenant-gouverneur en conseil soit prié de changer le nom de la municipalité de la paroisse de Saint-Hubert-de-Spalding en celui de « municipalité d’ Audet ».


Michel Audet


Adéline Vallière

Le ministère des Affaires Municipales de la province de Québec, par l’entremise de son sous-ministre Jean-Louis Doucet, acceptera cette résolution le 5 décembre 1959.

Ce cher pionnier se prénommait Michel Audet. À l’unanimité, le nom de cet illustre concitoyen fut choisi pour désigner la Municipalité d’ Audet. Ce futur patriarche de St-Hubert est né en 1832 à St-Anselme dans le comté de Dorchester. Ses parents se prénommaient Guillaume Audet et Émilie Gagnon: Le 13 mai 1856, Michel Audet se marie à Lambton.Il a choisi pour épouse Adéline Vallière. Celle-ci était la fille de Romain Vallière et d’Anastasie Roy. Quelques années plus tard, soit vers 1875, la famille de M. et Mme Michel Audet quitte la Beauce pour aller demeurer aux Etats-Unis. Ils s’établiront à Woonsocket, Rhode Island.

Après trois ou quatre ans de vie active dans la Nouvelle-Angleterre, lâ famille de Michel Audet prend la décision de revenir vivre au Canada. Cette fois, M. Audet installera toutes ses ouailles dans les rangs 3 et 4, c’est-à-dire, les lots No 1 à 14, inclusivement de la future municipalité de St-Hubert-de-Spalding. Il aura ainsi le privilège de choisir les lots qui lui conviennent et ce sans qu’aucun autre pionnier ne l’ait précédé. L’endroit qui l’intéresse est si élevé qu’il aura le privilège de voir les contours des cantons d’Aylmer et de Gayhurst.

Le souvenir de cette famille survivra facilement au décalage du temps. Environ la moitié des vingt-huit lots, qui représentait le territoire prédestiné à cette famille, au cours des vingt-cinq ans qui ont précédé l’érection de la paroisse de St-Hubert en 1901, ont été partiellement défrichés par l’un ou l’autre des membres de cette famille entreprenante qui n’a reculé devant aucun obstacle, pour donner la vie à cette partie de la paroisse actuelle de St-Hubert.

M. Michel Audet fut le premier maître de poste de la Colonie de St-Charles de Spalding et cela, quelques années avant 1900. Ce premier bureau de poste fut tenu dans la maison pièce sur pièce, construite par la famille Audet, plusieurs années avant 1900. Cette ancienne résidence devait appartenir à M. Fidèle Bizier, à compter de l’année 1907.

Après une vie hyperactive, M. Michel Audet est décédé le 23 octobre 1903 à l’âge de soixante et onze ans. Quelques années plus tard, soit le 23 mars 1915, sa digne épouse, née, dame Adéline Vallière, est décédée à St-Hubert à l’âge de soixante-dix-huit ans.

Source: Extrait du livre du Centenaire 1902-2002 de la municipalité de Audet.

 
Sondage pour une micro-boulangerie pour le Granit
À vendre ou à louer
Journée internationale des personnes handicapées
Plogg
Si vous avez besion de parler !  Gai Écoute .
Ma municipalité en défi santé. J'y crois!
Consulter notre politique de gestion contractuelle et l'octroi de nos contrats municipaux.
Météo
La Route des Sommets, des découvertes à la hauteur !
Tourisme Mégantic